Burundi Information

LE PEUPLE NE PEUT SE LAISSER TROMPER INDEFINIMENT, UN JOUR LA VERITE ECLATE AU GRAND JOUR.

Thursday 20 October 2011 by Jean Ikoraneza

Ce qui est arrivé au campus Mutanga de l’Université du Burundi dans la matinée de ce dimanche mérité une attention particulière de la part des services compétents de l’Etat. Cette opération de perquisition a permis à la police de saisir 4 grenades, des chargeurs et des effets militaires dans une chambre d’un étudiant qui a d’ailleurs été arrêté pour « possession illégale d’armes ». Une opération qui se voulait de routine mais qui a rencontré une résistance folle de la part de certains étudiants. Ce bras de fer s’est malheureusement soldé par la mort d’un étudiant. C’est un événement qui peut susciter plusieurs interrogations mais qui permet aussi de tirer quelques leçons importantes.

Des armes au campus !

Le Recteur de l’université du Burundi l’a bien dit : «… C’est un sentiment amer. On devrait trouver dans les chambres des étudiants des syllabus, des livres…, pas des armes…». Ce sentiment est partagé également par le représentant des étudiants de cette université. L’université telle qu’il s’entend est une institution en même temps de recherche et de transmission du savoir. La plupart de découvertes qui font avancer le monde sont attribuées soit à des professeurs d’université ou à des étudiants. Et cela n’est possible que quand les étudiants prennent tout leur temps à chercher, à lire et à partager les connaissances avec les autres. La découverte des armes au campus est donc une triste nouvelle. C’est une preuve que certains membres de la classe intellectuelle se permettent encore de perdre leur précieux temps dans des affaires obscurantistes de la guerre au lieu de pousser loin dans la recherche du savoir afin de servir la nation et le monde avec amour et dévouement. L’étudiant qui a été surpris avec des armes se dit appartenir à un groupe rebelle, pour combattre son pays. Pourtant c’est ce même pays qui lui fait vivre et lui garantit la sécurité et la gratuité de sa formation universitaire. Notre pays est d’ailleurs aujourd’hui un des rares pays de ce monde où on peut faire des études universitaires gratuitement. Et quelques intellectuels dépourvus de vision et de sens pensent encore à accumuler des armes. Ces égarés sont heureusement très peu, mais il y en a. C’est pourquoi cette découverte des objets militaires dans un campus devrait susciter plus de vigilance de la part des forces de l’ordre et de la population.

La désobéissance aux agents de l’ordre publique

N’eût été l’insubordination de certains étudiants, l’université n’aurait pas connu ce deuil. Les universitaires sont des connaisseurs. Ils sont parmi la catégorie des personnes les plus informées sur les droits et les devoirs de tout citoyen. Tout citoyen doit contribuer au maintien de l’ordre public et ne doit pas obstruer ou gêner l’action des forces de l’ordre. Et à mon entendement, les universitaires ne peuvent rien trouver qui justifie le bras de fer qu’ils ont absurdement opposé aux agents de l’ordre. Cela conduirait plutôt à croire qu’il y avait une certaine complicité entre les promoteurs de la résistance et le présumé détenteur d’armes. Peut-être qu’il y avait quelque chose à protéger. Mais il y a aussi des innocents qui ont suivi moutonnement une résistance dont ils ne maîtrisaient pas les mobiles. Dans tous les cas, la désobéissance aux injonctions des agents de l’ordre est un acte criminel qu’il faut décourager au sein de la population. Les policiers et les militaires ont une mission difficile, parfois aussi périlleuse. Les institutions compétentes doivent s’assurer qu’ils sont suffisamment protégés aussi bien matériellement que légalement. On connaît des pays où toute agression avérée contre un agent de l’ordre en activité est un crime sévèrement puni. La désobéissance aux ordres donnés par des agents des services publics et en particulier des forces de sécurité est donc une habitude à décourager avec la dernière énergie car elle pourrait dégénérer et affecter dangereusement le sens de civisme qui doit caractériser tous les citoyens. La population doit coopérer avec les agents de l’ordre, l’administration et la justice dans toutes les actions de renforcement de la sécurité. Et ce n’est pas les Burundais qui ne savent pas ce que vaut la sécurité.

Encore une fois la manipulation de l’information

« Que dites-vous à ceux qui pensent que ces armes auraient été déposées par des éléments de la police ? » Voilà une bêtise de question adressée par un journaliste au Recteur de l’Université du Burundi qui avait été averti auparavant et qui avait pris le soin de suivre en personne le déroulement de cette opération de perquisition. Si ce journaliste était animé de bonne foi, il ne lui serait pas arrivé de se ridiculiser en posant une telle question pour déformer des faits flagrants et que l’accusé lui-même n’a pas niés. On ne le dira jamais assez, certains professionnels des média ne sont pas intéressés par ce genre d’actions. Ils sont là pour attaquer et contredire les actions du Gouvernement et de ses Institutions.

Pas de place pour les malfaiteurs

Il faut de prime abord féliciter les Forces de Défense et de Sécurité pour leur ferme engagement en en finir avec les fauteurs de troubles. Ils ont été le flambeau de la réconciliation nationale et ils ne sont pas prêts à accepter tout retour en arrière. Ils savent tout sur les effets néfastes des armes. L’opération de la police au campus Mutanga de l’Université du Burundi est intervenue trois jours après une série de succès dans la saisie d’armes et d’effets militaires dans plusieurs endroits du pays. C’est donc un message éloquent à l’endroit de tous ceux qui gardent encore les mentalités de la guerre et de la criminalité terroriste. La population soucieuse de sa sécurité est plus que jamais prête à coopérer avec l’administration et aux forces de sécurité. C’est ce qui a permis le démantèlement de beaucoup de groupes de malfaiteurs et de bandits, particulièrement dans la province de Bujumbura qui, il n y a pas longtemps, avait été prise en otage par ces criminels terroristes. Ces succès constituent également un avertissement intelligible à ceux qui soutiennent matériellement ou moralement ces malfaiteurs. S’ils ne sont pas encore connus, leur ruse finira par les trahir et les emporter.


Home page | Contact | Site Map | | Site statistics | Visitors : 3507 / 2159638

Follow-up of the site's activity en  Follow-up of the site's activity English   ?

Site created with SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License